Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2017

MATIN D'HIVER

IMG_0114.JPG

 

Qui annonce la couleur

en ce matin d'hiver

 

où les vaches blanches et noires

sont si blanches, si noires

qu'on les dirait peintes à la main

 

quand elles broutent le vert

sous le bleu du ciel

 

qui annonce la couleur

le passant

le paysage

 

le poète

ou le poème ?

 

Baie de Douarnenez, hiver

 

Yvon Le Men, Le poids d'un nuage. Les continents sont des radeaux perdus, 2. Ed. Bruno Doucey, 2017

09:47 Publié dans La poésie des autres

09/01/2017

INFINIMENT PROCHE

15894892_744656189044632_4308059633721435324_n.jpg

 

dans la bouche d’une étoile

entre l’ébloui et l’englouti

 

la vie veut sa rosée de nuit

une porte ouverte sur le ciel

 

où je reviens sans être allé

où je reviens sans être né

 

*

 

Je commencerai par être

un verbe

sans limites

un langage

où rien ne serait dit

mais tout pressenti

dans le monde visible

et nulle part ailleurs

un grain de sable

qui dialogue avec les dieux

une élévation

dans l’affection et le bruit neufs

un miracle inouï

sous le soleil de la conscience

je commencerai par être

en devenant ce que je suis

 

Zéno Bianu, Infiniment proche et Le désespoir n’existe pas. Poésie/Gallimard, 2015

09:03 Publié dans La poésie des autres

28/10/2016

FIGURES QUI BOUGENT UN PEU

 

Parfois le plaisir qu'on a est grand (même s'il est un leurre)
À soudain rougir devant le sourire nu du monde.
À cause de ces moments la peur de mourir se perd :
Je vous aime vivants dans le temps qui s'en ira sans moi.

James Sacré, Figures qui bougent un peu. Poésie/Gallimard, 2015

 

 

couv.jpg

11:42 Publié dans La poésie des autres

22/08/2016

NOUS VIVONS COMME LES FEUILLES

P1010069.JPG

 

Nous vivons comme les feuilles

avec un peu d'été dans les poches

et le sucre de l'automne sur la langue

Devant les yeux fermés

La guerre ressemble aux feuilles brunes

La mort de loin a parfois

dit-on de belles couleurs

Sur des bogues s'empalent

des abeilles sans courage

La ville froide écaille le lait

jasmin de ses vitres

 

*

 

Il y avait des hommes

qui prenaient soin des bêtes

moins pour leur force et leur sang

que pour leur présence

leur regard qui met en ordre le monde

et la grande paix de leurs pas

 

 

Laurent Faugeras, Deux visages de la même eau, Les éd. du Contentieux, 2016

09:04 Publié dans La poésie des autres

18/07/2016

BOIS DE PEU DE POIDS

P1000973.JPG

 

tu as la peau / visage dans ton cou /

qui sent le sel / souffle-t-elle /

cette mer à laquelle tu te relies /

ayant nagé / brassé avant midi en elle

 

que tu portes ainsi telle une eau

de toilette / un littoral que ton amour

 

décèle en promenant ses lèvres sur toi /

 

retrouvant un peu de sa force / violence

d'avancées des flots sur les salins

qu'est devenu ton corps si léger /

épiderme à la surface de sa bouche

 

par magie qui fait cesser les tempêtes /

te recueille sur sa langue / en sachet

 

de fleur de sel envoûtant sa baignade

 

Romain Fustier, Bois de peu de poids : été - automne. Lanskine, 2016

09:43 Publié dans La poésie des autres

07/01/2016

ÉLÉGIES POUR LE TEMPS DE VIVRE

P1000629.JPG

 

Tu m’as reçu comme le jour reçoit
les premières rumeurs de l’aube,
tu m’as dit que derrière le soleil
des poèmes prenaient racine, tu
m’as parlé d’oiseaux perdus,
de fleurs inapaisées, tu m’as dit
qu’une source jouait dans les replis
de ta mémoire – et je t’ai cru,

je t’ai suivi sous la neige qui
venait de tomber sur le jardin muet,
je me suis serré contre toi, sans
crainte, sans efforts, avec le souvenir
d’étreintes passées qui m’avaient
tant charmé, je suis entré en toi,
tu m’as reçu comme la nuit
reçoit le frisson des étoiles, comme
le silence appelle le silence jusqu’aux
frontières de l’échange, comme
tout se résout dans ce qui nous attend.

Richard Rognet, Élégies pour le temps de vivre, Poésie/Gallimard, 2015

09:40 Publié dans La poésie des autres

12/10/2015

J'ERRE SANS ATTACHE SUR LA VOIE

P1000915.JPG

 

De quelle nuit es-tu venue ?

De quel jour ?  Soudain tu es

Au cœur de tout. Les lilas

Ont frémi ; le mot est dit.

Tout prend sens, tout se découvre

Don. Dès lors, tout se transmue :

Le ciel-terre en chair aimante,

En ondes sans fin les instants.

 

*

 

J’erre sans attache sur la Voie,

En plein cœur de la lente chute

        des feuilles et des étoiles ;

Au lointain appel d’une voix,

Je me retourne et je vois

        le visage et le regard.

 

L’automne mûr détient encore

Tout l’or secret du royaume,

        par-delà flammes et larmes ;

Du fond de la frondaison,

Un chant trace la sente qui mène

        à l’inapaisable fontaine.

 

 

François Cheng, La vraie gloire est ici. Gallimard, 2015

09:32 Publié dans La poésie des autres

07/07/2015

MÈRE OU L'AUTRE

Mère ou l.JPG

 

 

l’enfant nu sort d’une prison de chair

sa liberté garde un œil derrière le front

il regarde en arrière

c’est moi qu’il voit vraie mère ou mère fictive

si je protège   je fais écran   (j’empêche aussi)

 

 

parce qu’elle a creusé en toi ce manque inguérissable

elle sera toujours là comme un fantôme te tirant vers le noir

 

 

quel amour faudra-t-il pour te guérir  de l’absence originelle ?

 

 

Luce Guilbaud, Mère ou l’autre, Tarabuste, 2014

 

09:40 Publié dans La poésie des autres

04/06/2015

LA RETENUE

P1000175.JPG

 

soustraire

au temps, au regard, à la lumière

au jour déjà commencé,

qui devra prendre date

aux mots écrits pour ce jour-là.

à la lumière

soustraire au cours du fleuve, au temps,

ce qu’il charrie,

ne pas le regarder couler,

s’enfouir sous le vert gazon qui borde ses rêves.

soustraire au sens ma propre voix, le monde à mes yeux

ce matin.

au temps, au regard, à la lumière.

il n’y aura pas de libération glorieuse,

puisque la contrainte est lâche.

un refuge n’est pas le mot qui convient, mais

« gangue ».

 

Lucie Taïeb, La retenue, Lanskine, 2015

 

13:09 Publié dans La poésie des autres

20/04/2015

CHUT

P1000453.JPG

 

montagnes

soleil de fin de route

bien arrivés

 

Au téléphone tu dis

 

je suis malade

 

trois mots

trois tonnes d’argile

sans émail

 

Moi l’oiseau rieur

le bec le cœur

en une seconde

 

cloués

 

 

Estelle Fenzy, Chut (le monstre dort). La Part commune, 2015

09:38 Publié dans La poésie des autres