Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2008

LES AILES DE CAMILLE

Un soir, alors qu'elle venait de lui "lire" une histoire en s'aidant des images et des mains, Camille, qui n'avait pas cinq ans, s'était levé d'un bond et avait attrapé un petit papillon de nuit empêtré dans le rideau. Il avait de la poudre d'écaille or et argent sur les doigts. Le papillon tremblait au creux de sa main, les ailes à moitié transparentes, en piteux état. Camille pleurait, voulait remettre les écailles sur les ailes, mais la poudre d'or et d'argent collait à sa peau et il ne faisait qu'aggraver les choses. Il s'était finalement résolu à poser le papillon mort sur un lit de coton dans une boîte d'allumettes, pour l'enterrer dans le jardin de ses grands-parents.
Depuis ce jour, il s'est mis à en dessiner partout, à en inventer avec des ailes de toutes les couleurs. Il n'a plus jamais touché un papillon. Il se contente de les suivre du regard et de courir après.


Jean-Jacques Marimbert, Les ailes de Camille, Casterman/Cadet, Collection "Comme la vie", 2002, p. 38-39

23:55 Publié dans La poésie des autres

07/05/2008

LAMBEAUX

Ce matin-là, tu es autorisée à te rendre dans une petite cour pour y jeter des détritus. Deux hommes du pavillon voisin sont occupés à peindre des barreaux. En passant derrière eux, tu te saisis d'un pot de peinture et te précipites à l'intérieur du bâtiment. Tu roules en boule un morceau de papier resté au fond du panier, tu le plonges dans le pot, et cédant à une furieuse impulsion, tu écris avec rage sur un mur, sur la porte des surveillantes, du médecin, en grandes lettres noires dégoulinantes, ces mots qui depuis des jours te déchirent la tête

je crève

parlez-moi

parlez-moi

si vous trouviez
les mots dont j'ai besoin
vous me délivreriez
de ce qui m'étouffe


Tes mains. Ta robe. Tu ne peux nier. Ils te donnent des chiffons, du savon, de l'eau, et t'enjoignent de faire disparaître ce qu'ils nomment des barbouillages. Au lieu de les effacer, tu t'appliques à délayer la peinture et à l'étendre le plus possible.
La sanction est immédiate : dix jours de cellule. Dix jours sans revoir le jour. Une paillasse. Ta nourriture non pas servie dans une gamelle, mais jetée à même le sol.
Quand tu es de retour parmi les chroniques, tu es brisée.
Sur ces entrefaites, la guerre a éclaté. Antoine espace ses visites et l'idée de te faire sortir est abandonnée.


Charles Juliet, Lambeaux, P.O.L., 2001, p. 86-87

21:15 Publié dans La poésie des autres

MÊME SI

Même si
Peu
Au fil de l'eau
Il reste des lettres
À tracer à lire
Même si
S'écoule le sable
Dans le temps
Requin
Filtre la peau.

08:55 Publié dans La poésie des autres

VIVRE

Pour avoir mis le pied
Sur le coeur de la nuit
Je suis un homme pris
Dans les rets étoilés.

J'ignore le repos
Que connaissent les hommes
Et même mon sommeil
Est dévoré de ciel.

Nudité de mes jours,
On t'a crucifiée ;
Oiseaux de la forêt
Dans l'air tiède, glacés.

Ah ! vous tombez des arbres.


Jules Supervielle, Gravitations, NRF Poésie/Gallimard, 1994, p. 153

08:50 Publié dans La poésie des autres

05/05/2008

VERSET DES BRÛLURES

Au sommet de l'arbre
velours d'une nuit très longue

Qui m'entraîne
fleuve ou vent ?

***

Recrue d'énigme
et pourtant
déchirure du voile délices de l'ouïe

sève sur le tambour du mortier

***

Rassasiée avide
le détruit empierre la voie
inventorie la confluence

***

Abolie engendrée
abolie engendrée

***

Ce qui fait trembler s'égarer
excède les confins

***

Ce qui fait trembler
s'égarer

hors nom qui oscille


Geneviève Vidal, Libations, Jacques André Éditeur, 2005, p. 18-20 ; 23-25

14:20 Publié dans La poésie des autres

LE PETIT PRINCE

Le petit prince fit l'ascension d'une haute montagne. Les seules montagnes qu'il eût jamais connues étaient les trois volcans qui lui arrivaient au genou. Et il se servait du volcan éteint comme d'un tabouret. "D'une montagne haute comme celle-ci, se dit-il donc, j'apercevrai d'un coup toute la planète et tous les hommes..." Mais il n'aperçut rien que des aiguilles de roc bien aiguisées.
"Bonjour, dit-il à tout hasard.
– Bonjour... Bonjour... Bonjour..., répondit l'écho.
– Qui êtes-vous ? dit le petit prince.
– Qui êtes-vous... qui êtes-vous... qui êtes-vous..., répondit l'écho.
– Soyez mes amis, je suis seul, dit-il.
– Je suis seul... je suis seul... je suis seul...", répondit l'écho.


Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, Folio Junior, Gallimard Jeunesse, 2004, p. 63

12:35 Publié dans La poésie des autres

04/05/2008

MARINE

Les chars d'argent et de cuivre –
Les proues d'acier et d'argent –
Battent l'écume, –
Soulèvent les souches des ronces.
Les courants de la lande
Et les ornières immenses du reflux
Filent circulairement vers l'est,
Vers les piliers de la forêt, –
Vers les fût de la jetée,
Dont l'angle est heurté par des tourbillons de lumière.


Arthur Rimbaud, Illuminations, GF-Flammarion, 1995, p. 88

23:35 Publié dans La poésie des autres

LE SURSAUT

cherche
la racine de tes mots

le silence
a déposé son mutisme
dans un pré de tulipes

souviens-toi
la robe bleue

les jouets
avant le petit déjeuner

le sursaut


entre le verre et la menthe, Jacques André Éditeur, 2008, p. 49

15:45 Publié dans La poésie des autres

03/05/2008

LE SEPTIEME SOMMET

J'ai pour te bâtir un tombeau
des mots du soleil et des rêves,
rien qui appartienne au poids du monde,
rien qui t'impose une mort enchaînée,
rien qui ralentisse ta course plus haut
que tous les sommets.

Tu vois je t'invente
un tombeau sans dorure,
sans marbre ni couronne, je t'élève
moins qu'une stèle perdue dans le désert,
je t'offre un souffle de sable et de vent,
tombeau d'oiseau migrateur,
tombeau de papillon bleu,
tombeau de cerf-volant.

Au plain-chant de l'univers
tu es le rire de la pure lumière,
la joie sans ombre qui donne
et donne encore présence à l'impossible,
comme ce poisson que tu léguais au ciel
ou ces fleurs qui acceptaient pour toi seule
d'éclore sous la lune.

Alors depuis les ténèbres où je suis,
moi le quasi-mécréant je te crie
que s'il est une autre Jérusalem,
tu es ma femme céleste.


André Velter, Le septième sommet : poèmes pour Chantal Mauduit, NRF Gallimard, 2000, p. 9-10

14:03 Publié dans La poésie des autres

FISSURES ET VOIX

Le socle vacille
En quelle terre
Tomber Se briser ?

À quelle roche
Se mesurer

Les doigts entaillés
De parois sombres
Et profondes

Le cœur obscurci ?

Au centre du noyau
La lumière s’écartèle
Repousse les parois

Fissures
Et voix


Recueil inédit

12:32 Publié dans La poésie des autres