Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2008

POURQUOI TANT DE PIERRES

314d0ea37255cbb595fa8d8d6e719e87.jpg

 

Pourquoi

 

            tant de pierres

            tant de pigments

 

            de paroles coupées

 

            d’espaces

            pris entre

            deux absences

 

            tant de pesanteur

            dans l’apesanteur

 

 

Les failles

 

sont des corniches

            où perdre pied

 

21:15 Publié dans La poésie des autres

06/06/2008

NE ME DITES PAS

8ef48f530adeec38aae85db3ba7dd3c0.jpgNe me dites pas

 

            les briques

            contre la vitre

 

            une toile d’araignée

            géante

 

            au ventre incrusté

           

            déployant à l’infini

 

            ses rets

 

15:00 Publié dans La poésie des autres

L'HORIZON

 

L’horizon et sa courbe circulaire

 

Les écailles de la mer

 

Le crissement sous les ailes

 

Il faut ramer

            à même la masse

            semi liquide

 

Gober des goulées

            d’eau saumâtre

 

Se couler dans le bronze

11:59 Publié dans La poésie des autres

05/06/2008

VACCINÉE

Vaccinée de la certitude

            d’être acceptée

 

            dans le rejet

            bols

            contre murs

 

            camisole

 

            j’entoure

            mon buste

            de mes bras

21:40 Publié dans La poésie des autres

MAIN DE POUSSIÈRE

qu'est-ce que la vie

ta langue touche l'oeil
elle brûle dans la lumière

tu tends ta main de poussière
trop de lettres sous les ongles

encore un peu de rien
dans le mot corps

quelqu'un rampe là-bas
hors de ta face


Bernard Noël, Extraits du corps, NRF Poésie/Gallimard, 2006, p. 235

13:00 Publié dans La poésie des autres

J'ENTRETIENS LE SILENCE

 

 

J'entretiens le silence

à me meurtrir

00:25 Publié dans La poésie des autres

03/06/2008

FRUITS

mon poids de vie
je te pose
sur la margelle
où dort le chat

dans la clarté jaune paille

je laisse la matière m'imprégner
celle des arbres des feuilles
de la terre

celle que je bois

je ne dépendrai plus de personne
seulement de mon bout de terrain
que je bêche du matin au soir
je récolterai des haricots
des tomates des laitues

des courges pour l'hiver

il y aura des arbres
qui me donneront
des pêches des abricots des poires
des mirabelles que je ferai cuire
pour les tartes les confitures


Entre le verre et la menthe, Jacques André Éditeur
, 2008, p. 18

3368317f7e01a889f7793d51eec8333f.jpg

19:55 Publié dans La poésie des autres

02/06/2008

FERME

Ferme les agrafes
de ton corset

afin que toujours
droite
tu avances

irréprochable

bien
comme il faut.

13:45 Publié dans La poésie des autres

LA GIFLE

depuis si longtemps

écrire pour défricher
comprendre

cet anéantissement

pulvérisation sans nom
rouleau compresseur

c’était un matin
assise au milieu de mes jouets

de la bouche ouverte de maman
nul son ne sortait

il y eut la gifle
pour ne pas entendre

13:34 Publié dans La poésie des autres

01/06/2008

LE LION

Le lion gisait sur le flanc, les yeux ouverts, la tête appuyée contre l'herbe. Il semblait attendre que Patricia vînt s'allonger contre lui une fois de plus. Et Patricia, qui n'avait pas encore appris qu'il existait une fin aux jeux les plus beaux, à l'être le plus précieux, Patricia se pencha sur King, voulut soulever la patte tutélaire. Mais la patte était d'un poids sans mesure. Patricia la laissa retomber. Elle tendit alors une main vers les yeux d'or, vers celui qui, à l'ordinaire, semblait rire et cligner. L'expression du regard n'avait plus de sens, plus de nom.

Joseph Kessel, Le lion, Folio Gallimard, 1986, p. 234-235


J'ai lu Le lion de Kessel au lycée, à l'internat. Dans le dortoir, lumières éteintes après 22 h, sous les couvertures, une lampe de poche dans une main, le livre dans l'autre, j'avais du mal à étouffer mes sanglots. Aujourd'hui, mon exemplaire est jauni et corné, mais il est toujours là, dans la bibliothèque bancale. Souvenirs...

10:15 Publié dans La poésie des autres