Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2008

GOÉLAND

D'aurore en aurore
Le goéland s'élance
Frôle l'eau de ses ailes

À chaque recommencement

Il trempe ses plumes
Dans l'aube écarlate

Agrippe de son bec
Les cordelettes terrestres
Et les tire derrière lui
Dans la prescience céleste

Il les emporte au loin
Leurs crochets se balançant
Il les offre au soleil
Et s'éloigne, se retournant,
De temps à autre jetant
Un dernier regard sur
Le brasier incendié.


in La Licorne d'Hannibal n°14 (janvier 2007)

13:05 Publié dans La poésie des autres

26/05/2008

PASSAGE DES SQUALES

En apnée

seul
le ruissellement
du jour

Autant d'éclats
de verre

joues lacérées

tes yeux
que bride

le

passage
des squales

22:00 Publié dans La poésie des autres

ÉMOTION

cet état

– une grâce –

serait un vol suspendu
à mesure d’homme


fil sur la densité de l’air

– une teneur indéfinissable –


eau dans un récipient
transparence

équilibre


justesse parfaite

mon émotion

21:50 Publié dans La poésie des autres

L'AUBE COUPE SES FILS

L'aube coupe ses fils
dépose les paupières sur la terre
Mes bras : deux mâts pour étreindre
les voiles de l'absence

Mes fenêtres sont parties
Il ne reste ni fleur ni livre
rien que moi et les recoins
avec mes fils usés
avec mon corbeau

***

Dans le cancer du silence, dans l'encerclement
j'écris mes poèmes sur l'argile
avec la plume du corbeau
Je le sais : pas de clarté sur mes paupières
plus rien que la sagesse de la poussière

Je m'assieds au café avec le jour
avec le bois de la chaise
et les mégots jetés
Je m'assieds dans l'attente
d'une rencontre oubliée

***

Peu m'importe le possible
joie ou douleurs
Dans mes hymnes j'invente un évangile
je cherche un refuge
un monde qui commence
à la pointe du monde


Adonis, Chants de Mihyar le Damascène, NRF Poésie/Gallimard, 2002, p. 138, 140, 142

13:37 Publié dans La poésie des autres

25/05/2008

RAINURES

la vitre à contre-jour
laisse apparaître
traces de pluie rainures
l'eau la poussière

je distingue mal
le mur en face

la peur
coule dans mes membres

je laisse passer les heures

le chat est paisible
pattes rugueuses et de velours
fourrure profonde

il abrite
une vibrante respiration


Entre le verre et la menthe, Jacques André Éditeur, 2008, p. 8


ef4cd3b79edce37bd1d8a1dbc1e85699.jpg

14:00 Publié dans La poésie des autres

24/05/2008

MON HISTOIRE

Mon histoire
Est un collier de perles
La plupart sont fausses,
Rabougries et noircies,
Les autres sont clinquantes
Mais bien trop décalées
Mon histoire
Est un collier de perles
Désordonnées.

Ma si tenace solitude
Je te veux moins
Je te veux en allée
Même si
– flocons de neige
sur les ardoises grises –
Clochent
Les cygnes
Sur le parvis.

20:01 Publié dans La poésie des autres

MANTEAU DE PLUIE

Manteau de pluie

Emeraudes
dans mon ventre

Des mains se glissent
entre les feuillages

Le voile le garder
pleine lune

De ma cachette
je chante
des berceuses d’antan


Recueil en cours d'écriture
Valérie Canat de Chizy
Tous droits réservés à l'auteur

11:00 Publié dans La poésie des autres

23/05/2008

JE TE PASSE SOUS SILENCE

Je te passe sous le silence

sans la moindre précaution
tant pis
si ta robe de papier se froisse
de mon fait divers
tant pis pour toi

je te passe sous silence
et le duplicata de mes rêves
se révèle mal imprimé

ne dis mot
pour me confondre
à mon vis-à-vis
qui volte face et vorevilte
et virevolte et vire face
pour éviter de front me faire
moi qui face ne lui tient point

je te passe sous silence
et le double de mes rêves
se révèle inapte au cadenas nocturne

ne dis mot
pour me confondre
avec toi-même

***

je te couds la bouche
avec du fil à plomb
et l'aiguille de fer qui perce
le bois du coeur des statuettes
teintes d'un bleu foncé
foncé comme un rouge clair ou comme un violet
qui tire sur le vert
et le vert tombe à terre touché en plein ventre
je recueille le vert au creux de ma main
le monde est sans herbe

je te passe sous silence
et ce drap de veuve jeté sur tes épaules nues
c'est la pudeur nocturne

je te passe sous silence

je te passe sous silence

et tant pis pour toi
bouche cousue et tympans qui vibrent

ton coeur fait son vide de sang


Jacques Morin, Une fleur noire à la boutonnière, L'Idée bleue, 2007, p. 75-77

17:55 Publié dans La poésie des autres

PINOCCHIO

Tu as un sein plus grand que l'autre
C'est toujours ma gauche chez toi
Lorsque tu fais mentir ton coeur
Comme un grand nez de Pinocchio
Qui me sort souvent par le dos
Pour faire un pied de nez au monde
Quand terriblement tu me manques
Et que je t'enlace si fort

Tu as un sein plus grand que l'autre
Ma chérie C'est ma gauche en toi
Tu vas boiter de la poitrine
Et trébucher à chaque marche
Lorsque tu fais mentir ton coeur
Qui redevient terre d'amour
Et qu'on ne peut plus rien se dire
Comme si nous étions en guerre

Tu as un sein plus grand que l'autre
Et nous boitons de la poitrine
C'est toujours à gauche chez nous
Même quand on nous tire à droite
Lorsque tu fais mentir ton coeur
Notre grand nif de Pinocchio
Et nous boitons de la poitrine
Avec ton sein plus grand que l'autre


El Mehdi Chaïbeddera, Coeur gaulé, supplément au Rétro-viseur n°97 (2004)


4c81a8767bed2c3cee1fe8f4e4d5ad52.jpeg

16:38 Publié dans La poésie des autres

22/05/2008

UNE ÉTOILE TIRE DE L'ARC

Toutes les brebis de la lune
Tourbillonnent vers ma prairie
Et tous les poissons de la lune
Plongent loin dans ma rêverie.

Toutes ses barques, ses rameurs
Entourent ma table et ma lampe
Haussant vers moi des fruits qui trempent
Dans le vertige et la douceur.

Jusqu'aux astres indéfinis
Qu'il fait humain, ô destinée !
L'univers même s'établit
Sur des colonnes étonnées.

Oiseau des Iles outreciel
Avec tes nuageuses plumes
Qui sais dans ton coeur archipel
Si nous serons et si nous fûmes,

Toi qui mouillas un jour tes pieds
Où le bleu des nuits a sa source,
Et prends le soleil dans ton bec,
Quand tu le trouves sur ta course,

La terre lourde se souvient,
Oiseau, d'un monde aérien,

Où la fatigue est si légère
Que l'abeille et le rossignol
Ne se reposent qu'en plein vol
Et sur des fleurs imaginaires.

Une étoile tire de l'arc
Perçant l'infini de ses flèches
Puis soulève son étendard
Qu'une éternelle flamme lèche,

Un chêne croyant à l'été
Quand il n'est que l'âme d'un chêne
Offre son écorce ancienne
Au vent nu de l'éternité.

...

Une étoile tire de l'arc... Une étoile tire de l'arc... Une étoile tire de l'arc


Jules Supervielle, Gravitations, NRF Poésie/Gallimard, 1994, p. 98-99

20:59 Publié dans La poésie des autres