Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2008

MANTEAU DE PLUIE

Manteau de pluie

Emeraudes
dans mon ventre

Des mains se glissent
entre les feuillages

Le voile le garder
pleine lune

De ma cachette
je chante
des berceuses d’antan


Recueil en cours d'écriture
Valérie Canat de Chizy
Tous droits réservés à l'auteur

11:00 Publié dans La poésie des autres

23/05/2008

JE TE PASSE SOUS SILENCE

Je te passe sous le silence

sans la moindre précaution
tant pis
si ta robe de papier se froisse
de mon fait divers
tant pis pour toi

je te passe sous silence
et le duplicata de mes rêves
se révèle mal imprimé

ne dis mot
pour me confondre
à mon vis-à-vis
qui volte face et vorevilte
et virevolte et vire face
pour éviter de front me faire
moi qui face ne lui tient point

je te passe sous silence
et le double de mes rêves
se révèle inapte au cadenas nocturne

ne dis mot
pour me confondre
avec toi-même

***

je te couds la bouche
avec du fil à plomb
et l'aiguille de fer qui perce
le bois du coeur des statuettes
teintes d'un bleu foncé
foncé comme un rouge clair ou comme un violet
qui tire sur le vert
et le vert tombe à terre touché en plein ventre
je recueille le vert au creux de ma main
le monde est sans herbe

je te passe sous silence
et ce drap de veuve jeté sur tes épaules nues
c'est la pudeur nocturne

je te passe sous silence

je te passe sous silence

et tant pis pour toi
bouche cousue et tympans qui vibrent

ton coeur fait son vide de sang


Jacques Morin, Une fleur noire à la boutonnière, L'Idée bleue, 2007, p. 75-77

17:55 Publié dans La poésie des autres

PINOCCHIO

Tu as un sein plus grand que l'autre
C'est toujours ma gauche chez toi
Lorsque tu fais mentir ton coeur
Comme un grand nez de Pinocchio
Qui me sort souvent par le dos
Pour faire un pied de nez au monde
Quand terriblement tu me manques
Et que je t'enlace si fort

Tu as un sein plus grand que l'autre
Ma chérie C'est ma gauche en toi
Tu vas boiter de la poitrine
Et trébucher à chaque marche
Lorsque tu fais mentir ton coeur
Qui redevient terre d'amour
Et qu'on ne peut plus rien se dire
Comme si nous étions en guerre

Tu as un sein plus grand que l'autre
Et nous boitons de la poitrine
C'est toujours à gauche chez nous
Même quand on nous tire à droite
Lorsque tu fais mentir ton coeur
Notre grand nif de Pinocchio
Et nous boitons de la poitrine
Avec ton sein plus grand que l'autre


El Mehdi Chaïbeddera, Coeur gaulé, supplément au Rétro-viseur n°97 (2004)


4c81a8767bed2c3cee1fe8f4e4d5ad52.jpeg

16:38 Publié dans La poésie des autres

22/05/2008

UNE ÉTOILE TIRE DE L'ARC

Toutes les brebis de la lune
Tourbillonnent vers ma prairie
Et tous les poissons de la lune
Plongent loin dans ma rêverie.

Toutes ses barques, ses rameurs
Entourent ma table et ma lampe
Haussant vers moi des fruits qui trempent
Dans le vertige et la douceur.

Jusqu'aux astres indéfinis
Qu'il fait humain, ô destinée !
L'univers même s'établit
Sur des colonnes étonnées.

Oiseau des Iles outreciel
Avec tes nuageuses plumes
Qui sais dans ton coeur archipel
Si nous serons et si nous fûmes,

Toi qui mouillas un jour tes pieds
Où le bleu des nuits a sa source,
Et prends le soleil dans ton bec,
Quand tu le trouves sur ta course,

La terre lourde se souvient,
Oiseau, d'un monde aérien,

Où la fatigue est si légère
Que l'abeille et le rossignol
Ne se reposent qu'en plein vol
Et sur des fleurs imaginaires.

Une étoile tire de l'arc
Perçant l'infini de ses flèches
Puis soulève son étendard
Qu'une éternelle flamme lèche,

Un chêne croyant à l'été
Quand il n'est que l'âme d'un chêne
Offre son écorce ancienne
Au vent nu de l'éternité.

...

Une étoile tire de l'arc... Une étoile tire de l'arc... Une étoile tire de l'arc


Jules Supervielle, Gravitations, NRF Poésie/Gallimard, 1994, p. 98-99

20:59 Publié dans La poésie des autres

PALPITATIONS

Ce qui couve
Au centre
Est comme
Une seconde naissance
Qui émet
À l'intérieur
Ses premiers signes de vie
Cela s'agite
Donne parfois
De petits coups de talon
Cela gargouille
Et quand la voix
S'élève
Cela vibre et résonne
Comme un enfant
Qui palpiterait au-dedans.


La mer, peut-être, Encres vives, Collection Encres Blanches n° 268, 2006

16:23 Publié dans La poésie des autres

21/05/2008

MUSIQUE ET LUMIERE

Le premier accord est une déchirure d'espace
D'un geste nous voilà si loin de ce temps
Avec l'immensité des déserts ouvrant sur une mer immense
Ô mémoire, enfance pleine de mirages
L'aridité scintille

C'est du crépuscule à l'inconnu un cortège de présences et de souffles
Où toute chose prend un écho divin
C'est l'heure de l'univers comme harmonie de mystères

***

Souffle sans fin souffle d'au-delà des âges
Bivouac du vent dans les roselières
Souffle porteur des limons du temps
Et pourtant chant d'un esprit pur
À l'aube de lui-même

Une plainte recompose un siècle dispersé
Les frissons du sable
L'attente de l'eau
Une torche dans la nuit


André Velter, L'arbre-seul, NRF Poésie/Gallimard, 2001, p. 68-69

14:52 Publié dans La poésie des autres

LYON

Lyon,
Ville aux facettes
Multiples

Se réverbérant
Dans les vitres

Bords de Saône

Le soleil
Haut

Sur le cadran

Jonglent les parures
Ocres, jaunes, roses
Des immeubles

Lyon,
Tes cathédrales
À la fraîcheur
Apaisante

Tes pavés
Inégaux
Dans les ruelles
Calmes

Tuiles vues
Depuis la colline

Jardins secrets
Aux plantes grimpantes
Et jeux d'enfants

Lyon, à jamais
Coeur
De lion

12:05 Publié dans La poésie des autres

ECRIRE SUR LE VENT

Pour écrire sur le vent
Je voudrais
Des mots tracés
De vos mains

Des pots de peinture
Jetés par flaques entières

Paroles de lumière

Laisser dans mon dos

Les courbes arquées
Des araignées

Les fils tous les fils
Courroies
Liens
Ligaments

07:00 Publié dans La poésie des autres

20/05/2008

CELA

Cela, qui se dit
Sans émoi
Sans palme de profondeur
Sans algue de torpeur
Sans que ce soit



Le dit

En apesanteur,

Dans l’heure
Bleue

Les effluves
Qui bercent

Barque ensevelie
Sous les sédiments

Le silence

De mondes enfouis

Au fond

De l’heure
Verte

Dans laquelle gît

Celle

Oubliée, hantée
Dans son linceul
De vase,

Cela,
Est-il vraiment
Toi

19:05 Publié dans La poésie des autres

19/05/2008

LA BEAUTE QUI NOUS EST DONNEE

Un chant
multiple et sans nom
coule vert

je suis libre et houle

***

Grande rumeur au coeur
la pierre roule sur le sel

aux pieds faillés
s'esclaffe la vague

***

Méditation de la mer
tout le long des heures
coup de tonnerre

ressassée écumée la grève

***

Comme les grains
d'un chapelet
s'agrandit le chant

dans l'espace en soi
ouvert


Anne-Lise Blanchard, La beauté qui nous est donnée, Eclats d'encre, 2004

20:10 Publié dans La poésie des autres