Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2008

VENTS

P9260031.jpg

 

Nous reviendrons, un soir d’Automne, sur les derniers roulements d’orage, quand le trias épais des golfes survolés ouvre au Soleil des morts ses fosses de goudron bleu,

Et l’heure oblique, sur l’aile de métal, cloue sa première écharde de lumière avec l’étoile de feu vert.

 

Saint-John Perse, Vents, Poésie/Gallimard, p. 72

22:01 Publié dans La poésie des autres

09/10/2008

REFLET

PA080020.jpg

Si tu entendais le souffle

            des branches

            au fond des verres,

                        tu rirais.

 

Tu es toi, toi seul(e) sais

            qui tu es.

 

Même si tu ne lis pas ces lignes.

 

Quelle importance, au fond

            tant de silence

            pour si peu de bruit.

 

Encore le cliquetis des pièces

            sur le comptoir

            puis la rue,

 

            et ce reflet saisi

            une mèche de cheveux

            dans le visage

22:13 Publié dans La poésie des autres

VILLES ÉPHÉMÈRES

PA080021.jpg
 

Dans les méandres du jour,

demeurent les villes éphémères.

 

 

Marie-Ange Sebasti, Villes éphémères, J. André, 2007, p. 29

12:44 Publié dans La poésie des autres

05/10/2008

LA PORTE CLOSE

P9210028.jpg
 
  

Nos mains se sont gelées sur le silence

 

        entre moi et vous

        pesant leur poids de non-dits

        les enfants sortaient de leur trousse

        des paillettes pour les joues

 

que suis-je devenue

 

        à vouloir contourner l’absence

       

        que puis-je vous dire

 

        le langage est une porte close

17:19 Publié dans La poésie des autres

03/10/2008

NOS LIMITES SONT DE CENDRES

P9260016.jpg

 

 

L’amitié n’est pas une paix. Elle est un tumulte.

Faut-il briser l’amitié pour la paix ?

Aller jusque là ?

 

***

 

Partir vers la paix de l’Écriture, et en revenir comme d’une guerre. Une guerre à soi-même.

 

***

 

Ce soir elle riait. Elle avait collé des oiseaux sur sa fenêtre. Des oiseaux de papier. Les oiseaux ne tiennent pas leurs promesses. Jamais ils ne nous emmènent. Les amis sont des oiseaux : ils ne tiennent jamais leurs promesses. Un jour ils nous laissent. Ce soir elle riait. Elle avait décollé ses amis de sa fenêtre. Quelle place pour ses arbres !

 

***

 

Nous sommes allés marcher dans les bois, simplement, à la rencontre du dernier soleil d’automne. Il nous est apparu derrière les chênes centenaires, rougi aux forges du cosmos. Énorme. Il a mis le feu à la forêt sans qu’un seul arbre ne brûle.

 

 

Vincent Bouton, Nos limites sont de cendres, Friches n°99, Spécial Prix Troubadours/Trobadors 2008

15:28 Publié dans La poésie des autres

25/09/2008

BLEU

P9050007.jpg

  

Tout est devenu BLEU. C’est bleu. C’est à

crier tellement c’est bleu.

C’est du bleu venu des origines de la Terre,

d’un cobalt inconnu. On ne peut pas arrêter

ce bleu, ces traînées de poussières bleues

des cimetières des enfants. On souffre. On

pleure. Tout le monde pleure.

Mais le bleu reste là. Acharné.

Le bleu des enfants comme celui d’un ciel.

 

Marguerite Duras, La mer écrite, Marval, p. 24

19:31 Publié dans La poésie des autres

22/09/2008

ÉCRIRE

457e8438b1878e61eccc86faa741fdcf.jpg

C’est dans une maison qu’on est seul. Et pas au-dehors d’elle mais au-dedans d’elle. Dans le parc il y a des oiseaux, des chats. Mais aussi une fois, un écureuil, un furet. On n’est pas seul dans un parc. Mais dans la maison, on est si seul qu’on en est égaré quelquefois. C’est maintenant que je sais y être restée dix ans. Seule. Et pour écrire des livres qui m’ont fait savoir, à moi et aux autres, que j’étais l’écrivain que je suis. Comment est-ce que ça s’est passé ? Et comment peut-on le dire ? Ce que je peux dire c’est que la sorte de solitude de Neauphle a été faite par moi. Pour moi. Et que c’est seulement dans cette maison que je suis seule. Pour écrire. Pour écrire pas comme je l’avais fait jusque-là. Mais écrire des livres encore inconnus de moi et jamais encore décidés par moi et jamais décidés par personne.

Marguerite Duras, Écrire, Folio/Gallimard, p. 13

19:25 Publié dans La poésie des autres

16/09/2008

NAISSANCES

5d19b23a767f72378861617d572d55fa.jpg

 

Donc, sans fin, des enfants naissent, ça naît, ça y est…

Mais la naissance ne s’écrit pas davantage que l’écriture n’a de naissance. Rien qu’une échappée, un passage, comme ces mots qui nous traversent et coulent sur leurs galets d’émail, leurs lits de muqueuses, mais dont la source reste inaccessible, lointaine et toujours extérieure. Parfois, nous avons cru trouver les mots. Parfois, les mots se sont perdus. Jamais nous ne les aurons vus jaillir.

Miracle de la naissance : jusqu’au bout, je fus incapable d’imaginer l’enfant qui arrivait, et brutalement, c’est lui, unique et familier, c’est bien lui, cet être neuf que je palpe et à qui je parle en suant sang et eau pour passer ses bras blancs et mous dans les manches des premiers vêtements si petits.

Pierre Péju, Naissances, folio/Gallimard, p. 115

(photographie de couverture)

22:20 Publié dans La poésie des autres

14/09/2008

LANGAGE

c835732a27712365413026d2a918fbbe.jpg

 

Je te parlerai un langage de pierre

(tu réponds avec un monosyllabe vert)

Je te parlerai un langage de neige

(tu réponds avec un éventail d’abeilles)

Je te parlerai un langage d’eau

(tu réponds avec une pirogue d’éclairs)

Je te parlerai un langage de sang

(tu réponds avec une tour d’oiseaux)

Octavio Paz, Le feu de chaque jour, Poésie/Gallimard, p. 73

18:25 Publié dans La poésie des autres

12/09/2008

LE MUR SE CREUSE

b7fde90931a177ed89fdbd458a725d74.jpg

 

 

Le mur se creuse

Galerie souterraine

Un peu de terre chaque jour

À force de doigts gratter

Morceaux de verre d’émail de

porcelaine

Explorer la solitude la sonder

Habiter le silence l’intégrer

16:35 Publié dans La poésie des autres