Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2012

VEILLEUR DE QUART

PB140034.JPG


Tu poses ton doigt de cristal
Sur la géographie disserte du cœur,
Souffleur de verre où se dispersent les bulles
Le long des jours hésitants
Et des latentes angoisses


Je sens bien que tu es en moi
Ce veilleur de quart qui dérive la houle
Vers la profusion bleue du givre,
L'été, pure radiance des fruits,
Emergence instantanée des plus lourds désirs
Rayonnement dur de la pierre
Dans son scintillement secret.

Silvaine Arabo


Silvaine ARABO, poète, écrivain et plasticienne, dirige les éditions de l’Atlantique et la revue de poésie, d’art et de réflexion Saraswati.

12:21 Publié dans La poésie des autres

27/12/2011

LES JOURS OÚ ELSE

PA080029.jpg

Ce livre est un vrai bijou. J’ai été transportée par ces récits imbriqués, dans lesquels s’entrelacent des contes, la langue bretonne intimement liée au français, se cousant au fil du récit. L’histoire d’Else se lit comme Le ravissement de Lol V. Stein de Marguerite Duras, sauf qu’il ne s’agit pas de la même histoire, ni des mêmes personnages. Simplement, la manière de raconter, la tournure des phrases, pleines de blancs, ou de mots décalés, opèrent comme un charme. Tout se passe en Bretagne, là où vit et où est née Lou Raoul ; il y a la mère, Solange, le père, et les trois petites. Puis vient Else, qui finalement imprime sa marque au récit. Else est née en février un matin dans une maison de bourg. Une naissance qui n’a pas provoqué d’enthousiasme particulier Une énième fille était née dans une famille qui en comptait déjà trois. Ce sont des bribes de vies, et l’on ne peut s’empêcher de penser que Lou Raoul parle un peu d’elle et un peu des siens dans ce livre. Personnages attachants, avec un univers poétique. Lorsque Solange, la mère d’Else, meurt, c’est le silence, plus de paroles pour parler des fleurs du jardin À présent le silence Non plus pour dire que les cognassiers du Japon commencent à fleurir depuis sept jours. Il y a aussi ce conte à portée philosophique où les villageois occupés à travailler ne savent plus quand est Noël, car l’argent a masqué le temps. C’est le conte de l’enfant bleu, celui qui comprend le langage des oiseaux, et le cœur des artisans occupés à travailler ne retrouve un peu de légèreté que lorsque l’enfant bleu est là. À la fin, Else parvient à changer l’âme noire de sa mère en âme blanche. Else a trouvé sur la tombe une bruyère fleurie déposée contenant une carte avec des mots qui l’attendaient Une autre fois c’est un rouge-gorge si près et qui chante.

Lou Raoul, Les jours où Else, Éditions Isabelle Sauvage, 2011

13:43 Publié dans Chroniques

21/10/2011

INCARNAT

P8100035.jpg

 

S’approcher jusqu’à perdre souffle

d’une matière vibratoire

la couleur est le cœur la trachée

là où respirer sous la touche du pinceau

affirme la volonté du toucher main tenue

la vie sous la couleur

entre les couches du collage

si près pour être aveugle

à la danse du Printemps voilée de lumière

nue d’être fleur présente à l’éclat du jour

apparaître naître

la femme lointaine révélée

au miroir fascinant de l’autre

si tu touches l’eau elle se referme

tu ne connais les fonds que pour t’y

perdre

et tu ne touches que la distance de l’autre.

 

Luce Guilbaud, Incarnat, Contres-allées / Poètes au potager, 2011, p. 14

09:32

04/10/2011

LES MOUETTES

P8230175.jpg

 

Ce soir les mouettes volent vers la mer

laissant le soleil aux lèvres de l’ombre

à l’est le ciel a pressé toutes ses couleurs

et deux nuages oranges suspendus dans le bleu

errent lentement vers la nuit

les mouettes descendent la vallée de l’estuaire

pressentant le point invisible où tout repose

des cris épars ayant étalé le silence

elles s’endormiront du côté de l’aube

 

Heather Dohollau, Un regard d’ambre, Folle avoine, 2008, p. 44

09:55 Publié dans La poésie des autres

19/09/2011

La proximité de la mer

P8170159.jpg

 

Brusquement la soirée s’est éclairée

Car c’est la pluie qui, minutieuse, arrose

La rue. Ou l’arrosait. Elle est la chose

Qui sans nul doute a lieu dans le passé.

 

Qui l’écoute tomber a retrouvé

Ce temps où, merveilleuse, se propose

La vision de la fleur appelée rose,

La couleur rouge et son étrangeté.

 

Cette pluie qui aveugle les fenêtres,

Dans des faubourgs perdus, doit mettre en fête

Les raisins noirs d’une treille en certain

 

Patio enfui. Et l’humide soirée,

Me rend mon père, sa voix, si désirée,

Sa voix qui n’est pas morte et qui revient.

 

 

Jorge Luis Borges, La proximité de la mer, nrf/Gallimard, 2010, p. 33

09:26 Publié dans La poésie des autres

31/08/2011

Sur l'épaule de l'ange

P5160027.jpg

 

Les hommes passaient

à côté d’elles sans les voir.

Modestement agenouillées

dans l’herbe tendre, les roses

étonnées se regardaient

sans comprendre.

 

 

P5160031.jpg

 

 

Les pensées étaient groupées

dans un coin du jardin,

comme si on avait voulu

les protéger du vent

et des hommes.

  

Alexandre Romanès, Sur l’épaule de l’ange, Gallimard, 2010, p. 51, 53

20:26 Publié dans La poésie des autres

20/07/2011

LES YEUX ASSIS SUR LA PLAGE

P8160105.jpg

ses lèvres sont des noix de cajou salées par

la mer ses yeux deux olives noires au goût

pimenté que j’apprécie en accompagnement

de son corps voué au vent marin aux digues

qui retiennent les eaux où plonger avec elle

ô ma femme littorale aux seins de vignes en

terrasse sur fond de canigou rêvé dans une

comptine apprise en maternelle ma femme

de migration d’oiseaux survolant les étangs

  

Romain Fustier, Les yeux assis sur la plage, Éd. De l’Atlantique, 2010, p. 29

21:25 Publié dans La poésie des autres

06/07/2011

HAUTE PLAGE

P8160054.JPG

 

 

Ils nous ont engrangés dans l’aurore

donné des ailes

pour traverser les jours


Ils nous ont indiqué l’espace des sittelles

et des aigles royaux

 

Notre héritage n’est pas forteresse

 

***


Autour de l’île, ma flottille

battait pavillon d’impatience


dans l’attente

des cargaisons promises


transportées lentement sur ces sentiers rebelles

habiles à dompter


l’incorrigible roc

 

***


Aussitôt dit

les soleils dénombrés

trouvaient une aire

où reposer leur course

 

Aussitôt faites

les ombres s’étiraient

volaient la sieste des soleils

 


Marie-Ange Sebasti, Haute plage, Jacques André éditeur, 2011, p. 7, 8, 12

20:04 Publié dans La poésie des autres

22/06/2011

histoire sans paroles

P5050045.jpg

prendre un papier de fortune

              un crayon de hasard

oublier le concret

oublier la main

entrer au profond de soi

 

tracer des signes sans message

écrire pour ne rien dire

simplement pour le désir

comme d’autres pour pleurer

            d’autres pour chanter

 

 

***

 

c’est une histoire sans paroles

comme un vol d’oiseau sur la mer

des souvenirs qui tracent

dans l’espace

des nuées illuminées

 

c’est une histoire sans paroles

comme neige sur la ville

le temps façonne à son gré

mais le cœur manie le ciseau

le bonheur est œuvre d’art

 

 

Andrée Marik, publiée dans Friches n°104, 2010, p. 20-21

20:14 Publié dans La poésie des autres

06/06/2011

DE SI PRÈS

Je parle de ce qui n’est plus, comme un désarroi trop grand, ce qui heurte le corps, sème la pluie des semences, la plaie est réceptacle de toute l’embarcation, dans mon flanc fourmille des mots ininterrompus, je parle de ce qui n’est plus, les amis inconnus, ceux dont l’arbre est nu, j’apprends les mots sans destination, les lettres jamais arrivées, le ventre empli d’un leurre d’écriture, je parle du silence et du chat dans la matière, la peau criblée de balles rouges et l’invention du plein, alors que nous ne faisons que combler le vide je parle du poids certain d’une trop grande présence et de la surface dans laquelle je baigne, de mon inaptitude à faire corps avec toi, qui que tu sois. Je parle de la pauvreté et de l’orgueil, du jugement et de la douleur, des cases où nous nous maintenons, de notre solitude, dans l’éloignement, de notre apparent contentement. Je te parle de si près.

 

P8140066.jpg

19:56