Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2009

C'EST COMM'

P4110055.jpg

 

 

 

       C’est comm’ la mer sans l’huile

ou comm’ la nuit sans l’encre.

C’est comm’ le cuit sans l’cru

comm’ le ni vu sans l’ni connu

comm’ les compas sans la raison

comm’ la rime sans la déraison

comm’ les raisins sans la colère

comm’ le dauphin sans la reine-mère

c’est comm’ la reine sans les ferrets

comme Étretat sans les galets

comm’ les récrés sans les gadins

ou comme un Carné sans Gabin

comm’ le samedi soir sans l’turbin

comm’ le samedi soir sans l’turbin.

 

Jean-Pierre Bobillot, Live on page, Lieux-Dits, 2004

21:08 Publié dans La poésie des autres

29/05/2009

L'AUBIER

P5010096.jpg

 

 

 

L’aubier se feuillette comme un cahier blanc

    et le monde – parfois – retombe

         en enfance :

                                                 scotché sous la langue.

 

 

 

 

Plus d’un bruit demande à être.

                     Et veut montrer en même temps :

                                                                 l’essor qui prend, l’étreinte et l’onde.

                                             Les fibres aux fibres,

                                                     l’autonomie.

 

 

Ce qu’il faudra ? Faire état du manque. Craquer ou recoudre l’ancien cousu.

 

 

 

Marie-Noëlle Agniau, inédit, 2009

13:33 Publié dans La poésie des autres

16/05/2009

UN MONDE À PART

P5100108.jpg

 

Tant de fois perçu dans votre regard, ce malaise que je connais si bien, fuite devant l’irréparable, la faille caractérise votre lâcheté. Pensée qui m’obsède… Je m’exécute à votre mesure pour rattraper la cadence de ma rétine qui vous observe, croisant l’étincelle d’un temps de lire, d’observer.

[…]

Définir mon silence, grand mot dont j’aimerais résoudre le mystère. Débrancher dans mon vide, vertige où je me cogne bien trop souvent, envoûtée par mon propre silence à perdre haleine. Oublier ma propre voix dans la résonance étouffée de mon existence. Plainte de chaque jour murmurée au fin fond de mon corps pour exister encore.

 

Aurélie de la Selle, Rien ne sert de parler si fort, L’Harmattan, 2007, p. 147

21:42 Publié dans La poésie des autres

07/05/2009

ACTU !

P4110052.jpg

 

fille de mille épées

ce fut écrit tu lutteras

avec ta grâce contre les

jours ébouillantés les lar

mes l’alcôve le trois-pièces

 

***

 

ce fut écrit souffle-racine

sur le ring de l’eau jouis-

sance débauchée coulant

des livres sous l’éclat de tes

cils : laforgue dostoïewski

 

 

 

gilles b. vachon, the jewish plot, CC Marimbo, 2006

14:51 Publié dans La poésie des autres

03/05/2009

NOUS VIVIONS

P4100023.jpg

 

Nous vivions parmi les ronces en bordure de nos terres

dans les vitres fendues de l’orage d’été

blessés à bleu par des éclats de mer

jusqu’au fond infondé des nuits qu’on prononce

soudain sous les doigts qui suivent l’érosion

et derrière la chair qui se presse dans la voix

le sang translucide à force de s’ouvrir

au bout de ses tiges digitales brisées –

 

 

Lorand Gaspar, Sol absolu, Poésie/Gallimard, 2001, p. 115

22:57 Publié dans La poésie des autres

29/04/2009

DE TRÈS LOIN

P4180086.jpg

 

De très loin monte la plainte

         de l’enfant

         comme une vague

                   ondulante

 

De très loin l’écho des

         premiers murmures

         le goût du lait

         maternel

                  

De très loin les paroles

         douces

15:01 Publié dans La poésie des autres

24/04/2009

AILE-NUIT

PC210042.jpg

 

Aile-nuit de très loin venue et maintenant

à jamais tendue

sur la craie et sur la chaux.

Galet, roulant à l’abîme.

Neige. Et de blanc plus encore.

 

Invisible

ce qui paraissait brun,

couleur de pensée et foisonnant

de mots.

 

La chaux existe, et la craie aussi existe.

Et le galet.

La neige. Et de blanc davantage encore.

 

Et toi, toi-même :

niché au fond de l’œil

autre, qui embrasse

tout ça d’un regard.

 

 

Paul Celan, Choix de poèmes, Poésie/Gallimard, 2007, p. 109

16:08 Publié dans La poésie des autres

19/04/2009

CHEMINS DU POSSIBLE

P4100028.jpg

 

Il y a en tout homme un secret inespéré

Qui s’étire dans le vide de sa poitrine

Comme une force souterraine et magique

Pour mettre fin à son exil intérieur

Et lui faire signe qu’il est l’heure de naître

 

Pierre Schroven, Chemins du possible, L’arbre à paroles, 2005, p. 53

21:41 Publié dans La poésie des autres

09/04/2009

INSCRIS TA LUMIÈRE

P2280012.jpg

 

Prouve le bois qui brûle en toi

Tais le crépitement aléatoire de tes mots

Inscris ta lumière

à la lucarne vidée d’un visage.

 

Antonia Corgier, Paroles d’estran, Éditions SOL’AIR, 2005, p. 44

17:43 Publié dans La poésie des autres

04/04/2009

AU COMMENCEMENT...

P3210002.jpg

 

Écrire le fleuve de la vie

 

écrire le ruisseau de l’instant

 

écrire la couleur de l’hiver

 

écrire l’illusion

 

dans une pathétique ferveur

 

que le ruisseau devient fleuve

 

que tous les instants

 

font une vie

 

 

 

Écrire le silence en réponse…

 

à une bouteille à la mer

 

 

                           

 

Christine Doucet, Au commencement…, Éd. les presses littéraires, 2005, p. 47

14:07 Publié dans La poésie des autres